Catalogue de pièces électroniques Transmissions Mercedes-Benz

Catalogue de pièces de rechange pour les transmissions Mercedes-Benz où vous pouvez être sûr de trouver toutes les pièces dont vous avez besoin. Ce catalogue en ligne contient les pièces de rechange de tous les modèles de transmissions Mercedes-Benz réparties selon les groupes de modèles. Ouvrez simplement le catalogue, choisissez la pièce requise et trouvez les informations complètes à ce sujet

Mercedes-Benz Boîte de vitesses modèle


Mercedes-Benz Boîte de vitesses Online Spare Parts Catalogue

En tant que constructeur allemand haut de gamme, Daimler a proposé des solutions pratiques pour ses véhicules, notamment les transmissions. On pense que la première Mercedes-Benz à «changer de vitesse automatique» était la «Big Mercedes» 770 (W07), produite dans les années 1930-1943. Il avait une transmission manuelle à 3 vitesses et, depuis 1938, une transmission 4 vitesses avec surmultipliée. Overdrive se traduit littéralement par overdrive. Envisagez une boîte supplémentaire à deux étages avec une plus grande gamme d'engrenages. Sur la 770, l'overdrive a été activé à l'aide d'un levier qui active son entraînement hydraulique à dépression.

D'autres solutions de transmission automatique en série sur les modèles Mercedes-Benz sont apparues dans les années 1950. Il convient de mentionner ici la Mercedes-Benz 300C, qui, après avoir été remodelée en 1955, a reçu un "automatique" hydromécanique à 3 étapes Borg-Warner DG 150M. En 1957, la transmission Hydrak était disponible en option sur les modèles 220 S et 219 (type W180). C'était une transmission manuelle à 4 vitesses. L'embrayage d'une telle transmission manuelle a été complété par un servo-moteur électrique fabriqué par Fichtel & Sachs et par un embrayage hydraulique fabriqué par Daimler. Il n'y avait pas de pédale d'embrayage sur les voitures avec Hydrak, et pour changer de vitesse, il était nécessaire d'utiliser un levier monté sur la colonne de direction, avec le «gaz» libéré.

Le premier «automatique» hydromécanique de sa propre production a été la boîte avec la désignation 722.2. Il a fait ses débuts en 1961 sur le modèle W111 220 SEB et sur le W111 300 SE. Cette boîte était à 4 vitesses, mais au lieu du convertisseur de couple habituel, elle était équipée d'un embrayage hydraulique. Cette boîte a été libérée jusqu'en 1983. En 1967, sa version avec convertisseur de couple est apparue, elle a été désignée par l'index 722.1. Ce boîtier a été placé sur les modèles W116, W123 et autres, et il a été fabriqué jusqu'en 1983. En 1964, une transmission hydromécanique à 4 vitesses spécialement renforcée a été créée spécifiquement pour la Mercedes-Benz 600 à 6 places, dont le des mécanismes planétaires est passé de trois à six. En 1970, un boîtier spécial semblait fonctionner en tandem avec les moteurs V8. Il avait un index de 722.0, mais il n’avait que 3 vitesses. La version améliorée spéciale 722.003 a été créée en 1975 pour fonctionner avec le moteur de 6,8 litres du modèle 450 SEL 6.9. Cette boîte est toujours considérée comme la moins meurtrière parmi toutes les transmissions hydromécaniques.

En 1981, les machines automatiques des séries 722.0 à 722.2 ont commencé à remplacer les machines à quatre étages, plus progressives, par la désignation d'usine 722.3. D'une manière générale, la boîte de vitesses 722.3 a trouvé une application très large dans les voitures particulières du groupe Mercedes-Benz. Ainsi, cette "automatique" a reçu toutes les versions du modèle W124, à l'exception de la voiture, équipée d'un moteur à injection d'essence de 3,2 litres.

Naturellement, au cours de ces années, la berline de classe supérieure W126 était également équipée de la transmission 722.3 (y compris ses versions «chaudes» avec le moteur essence V8 de 5,6 litres - 560SEC et 560SEL). L'Avtomat 722.3 a reçu toutes les versions de la Mercedes-Benz Classe S W140, qui a remplacé le légendaire W126 en 1990. La seule exception est les unités essence de 3,0 litres et 3,2 litres de série (300SE / 300SEL et 320SE / 320SEL, respectivement).

La fiabilité de la 722.3 est également illustrée par le fait que, jusqu'en 1993, ces transmissions étaient également installées par le premier VUS de Mercedes, le Geländewagen (Classe G) W 460 / W461.

En 1983, parallèlement à la boîte de vitesses 722.3, la production de la 722.4 a été lancée, ce qui représentait de manière constructive une copie réduite de la boîte de vitesses 722.3. Cette transmission automatique a été spécialement développée pour le modèle "190" (carrosserie W201), mieux connu sous le surnom de "Baby-Benz".

La première transmission automatique à cinq vitesses pour voitures Mercedes-Benz a été introduite en 1989. L'unité avec un indice d'usine de 722.5 a reçu une classe E W124 avec un moteur à essence de 3,2 litres et une classe S W140 avec 3,0 litres et moteurs à essence de 3,2 litres.

Un véritable saut dans l'évolution des transmissions hydromécaniques automatiques de Mercedes s'est produit en 1996, lorsqu'un concept conceptuel tout nouveau de transmission automatique à cinq vitesses 722.6 a été révélé au monde, qui a reçu sa propre désignation «Steptronic». Pour le groupe Daimler, cette transmission est devenue le premier passager «automatique» équipé d'un système de verrouillage électronique / électro-hydraulique pour le convertisseur de couple et directement par le processus de changement de vitesse.

La boîte automatique 722.6 est devenue la principale boîte automatique des modèles passagers de Mercedes, produite de 1996 à 2003. Cette «boîte automatique» a donc été installée sur la Classe S W140 avant que le modèle ne soit modifié en 1998; sur la classe E W210 - jusqu'en 2002 (fin de la publication), sur la classe C W202 - jusqu'en 2000

Jusqu'aux débuts en 2003, la nouvelle boîte de vitesses à sept rapports «7G-Tronic, la classe E W211, la classe C-W203 et la classe S-W220 étaient équipées d'un boîtier 722.6. En outre, cette boîte de vitesses a été installée à la fois sur le SUV de classe moyenne W163 de classe M, fabriqué aux États-Unis, et sur le SUV de nouvelle génération G